A quelque chose malheur est bon !

Sans pandémie, il n’y aurait pas eu de confinement, et sans confinement, il n’y aurait pas eu cet album qui arrive comme l’enfant qu’on n’attendait pas, comme la surprise joyeuse de cette fin d’année calamiteuse! On s’explique : Philippe Geluck devait présenter en avril son exposition de sculptures monumentales sur les Champs-Élysées, mais l’expo et son catalogue ont été reportés à 2021. Sachant qu’il ne pouvait abandonner ni ses lecteurs ni son éditeur ni les libraires, l’artiste a mis à profit son enfermement pour concocter un nouveau Chat qui regorge de gags hilarants, de gravures détournées et de dessins politiquement très incorrects.
Alors, merci qui ? Merci le coronavirus !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devez remplir ce champ
Vous devez remplir ce champ
Veuillez saisir une adresse de messagerie valide.

Menu